investissement

Diamond Privilege : le diamantaire qui m’a ruiné

Contrairement aux victimes de violences physiques, les victimes de cyber-escroqueries ne portent pas sur eux de stigmates, leurs souffrances sont invisibles. Le plus souvent, les autres nous font sentir que nous sommes responsables de notre triste sort. 

On nous reproche notre naïveté qui nous a conduit à faire confiance à de parfaits inconnus. Cette culpabilisation est encore plus insupportable que nos déboires. Tout ça s’accompagne de sentiments de honte, de peur du jugement, de stupidité. 

Je vous ai raconté la supercherie dont j'ai été victime en croisant le chemin de Nicolas Gaiardo puis le récit de Catherine, victime, elle aussi, d’une escroquerie liée aux diamants. Toujours dans le même registre, je vous raconte, cette fois-ci, l’histoire de Pierre, victime de l’arnaque «Diamond Privilege».

La supercherie montée par Diamond Privilege

Pierre a l’âge de la retraite, mais n’est pas encore décidé à partir car c’est un vrai passionné. Pour diversifier sa retraite et la rendre rentable au maximum, il essaie d’investir dans pas mal de secteurs en passant par l’immobilier, les actions binaires et plus récemment dans les pierres précieuses. «On n’a eu de cesse de me rabâcher que l’avenir se trouve dans le diamant, c’est une valeur refuge, absolument garantie », me confie-t-il. 

Après des recherches rapides qu’il a faites sur Internet, il a été conforté dans cette idée. Les sites web, la publicité et même quelques reportages dans les médias mainstream relayaient, en masse, cette information. Il a donc passé en revue plusieurs courtiers dédiés aux diamants sur Internet avant de s'arrêter sur Diamond Privilege pour «son large choix et ses promesses de rendement».

Lorsque Pierre les a contacté, ils lui ont, évidemment, déroulé le tapis rouge en disant tout le bien qu’ils pensaient de cette sage décision. Ils lui ont répété que l’achat de diamants est une valeur sûre et qu’il était urgent d’en acheter car le nombre d’acquéreurs augmente sans cesse, alors que la production de ces pierres rares diminue. «Je me suis senti privilégié et mettais le doigt sur quelque chose de rare», m’avoue Pierre avec un sourire désolé.

Pour le convaincre, les opérateurs de Diamond Privilege lui ont sorti des arguments bien rassurants mais tous bidons : «Ils ont réussi à me mettre pleinement en confiance», me raconte Pierre, en me certifiant :

  • «Diamond Privilege existe depuis une dizaine d’années et accompagne des centaines de clients».
  • «Nous recommandons nos produits en fonction de chaque profil, histoire d’en profiter au maximum».
  • «Nous avons fait de la sécurité notre cheval de bataille. Nous nous assurons que chaque transaction se fasse dans une totale transparence en respectant strictement les normes sécuritaires».

Vous entendez le son du violon qui accompagne ces propos enjôleurs ? Tout ça n’est, évidemment, que poudre aux yeux car en «achetant» des diamants à travers Diamond Privilege, Pierre a perdu plusieurs milliers d’euros. Par pudeur, il ne me communique pas le chiffre exact et se contente de souligner : «ce sont les économies d’une vie» !

Ce que Pierre a appris à ses dépens 

L’erreur fatale que font beaucoup d’arnaqués, c’est de ne pas se renseigner suffisamment sur la réalité du marché et des "opérateurs" à qui ils confient leurs épargnes. Si Pierre savait qu’en fait le diamant n’a jamais été une valeur refuge et que son marché n’a jamais eu aucune réglementation, il n’aurait jamais investi un seul sou dedans.

Après vérification et selon les commentaires de nombreux traqueurs d’escrocs, il semblerait que l’adresse donnée par Diamond Privilege est exactement la même que celle de Gemoneo. Celui-ci, sachez-le, a arnaqué, par le passé, plusieurs particuliers et a eu l’interdiction d’opérer. Il est donc fort probable que derrière ces deux sites se trouvent les mêmes escrocs.

De plus, Diamond Privilege a publié l’image d’un cadre retraité du nom de Jacques Imbert où celui-ci se montre soi-disant très satisfait du courtier en question. En fait, toujours après vérification, j’ai découvert que l’image a été volée d’un autre site. C’est dire la grande morale qui anime les gérants de ce site infréquentable.

Je suis donc, aux regrets de vous annoncer que Pierre, comme vous le devinez certainement, n’a jamais reçu les diamants qu’il a achetés en ligne et n’a jamais revu son argent. La justice traîne et lui perd de plus en plus espoir.